Bu$hi, visionnaire insolent ?

Bu$hi, visionnaire insolent ?

Des projets spatiaux et un grain d’insolence : Bu$hi, jeune prodige du rap français est souvent considéré comme un artiste en avance sur son temps. Comment le rappeur arrive-t-il à se démarquer de la scène française ? 

Si la Lune est un thème très souvent abordé dans les textes du rap Français, on pense notamment à PNL ou encore Disiz mais Bu$hi, quant à lui, va encore plus loin. La Lune n’étant qu’un rêve, un espoir inatteignable pour la scène du rap actuel, Bu$hi vise plus haut, il habite sur une autre planète. Que ce soit dans ses projets personnels, comme avec son groupe Saturn Citizen, on retrouve une atmosphère bien particulière, propre à l’Univers et à l’au-delà. Souvent considéré par ses auditeurs comme “stratosphérique”, ses prods proposent un mélange de grosses basses 808, souvent utilisées dans les morceaux trap, ainsi que des sonorités cloud, permettant une ambiance résolument spatiale.

Dans les covers de ses mixtapes, la DA nous confirme cette sensation astrale : chaque pochette met en scène les anneaux de Saturne d’une manière ou d’une autre. Par ailleurs, le nom du groupe Saturn Citizen provient du fait que Bu$hi et son groupe se sentent dans un autre univers, à nouveau, très loin des codes du rap actuel. Bu$hi apporte sa propre patte, ses propres codes, sans se soucier des critiques. Tout est choisi au millimètre près pour faire de l’écoute une expérience aérienne. 

Son flow est également bien caractéristique et dessinant une nonchalance sans nom. En effet, il lui arrive bien souvent de ne plus prendre la peine d’articuler, cela allant de pair avec son personnage plein d’assurance. C’est d’ailleurs ce qu’on ressent aussi dans ses paroles : le rappeur provoque la concurrence par son attitude nihiliste. Cependant, cette attitude insolente n’est pas révolutionnaire, et est bien connue dans le monde du hip hop. Les sujets qu’il aborde, notamment l’argent ou la maîtrise de l’egotrip, se retrouvent fréquemment dans les sons de rap. Pourtant, celui-ci les aborde avec un point de vue sûr et arrêté : aucune remise en question, il sait ce qu’il pense et ne changera pas d’avis. Dans Obito, il prévient d’ailleurs ses auditeurs : “Écoute pas si t’es un lover”.

Pour le rappeur lyonnais, les femmes ne sont alors qu’un passe-temps, et ne lui apporteront jamais tout ce que l’argent lui offre. Celui-ci fait le bonheur, et ce point de vue est indiscutable. Le rappeur, dans le contenu de ses paroles, ne s’éloigne donc pas tant que ça de la scène actuelle, mais, sa manière de poser ses textes, avec une prononciation singulière en font une musique riche.

“Je connais déjà celle que j’vais marier ?
C’est la même que j’sors d’ma poche quand j’veux acheter” 

Bu$hi – Ma préférée

Comment qualifier Bu$hi de visionnaire sans parler des projets complétant le plus ce trait de caractère : le metaverse BU$HI WORLD. Cet univers virtuel, accessible uniquement par les Citizen ayant acheté un NFT, propose différentes expériences liées au monde du rappeur : jeux vidéo, merchandising exclusif ou encore événements… Le premier jour de la mise en vente des NFT, une course de motos virtuelle a été organisée, permettant aux Citizen de remporter la somme de 10 000€ ; un premier pas significatif dans le monde du metaverse et des NFT. D’autant plus que beaucoup de rappeurs français actuels s’intéressent également de près à ce qui s’apprête à devenir une révolution artistique. C’est pourtant Bu$hi, qui fait donc partie des premier à se lancer en créant le tout premier metaverse du rap français. Une expérience intéressante montrant que le jeune rappeur ne se conditionne pas qu’à l’écoute traditionnelle de la musique sur des plateformes de streaming, mais via de nouvelles expériences auditives. 

L’avenir semble prometteur pour Bu$hi. Le rappeur a déjà su se démarquer très rapidement, en ayant une DA propre à lui-même, lui donnant un réel univers que ses auditeurs accueillent avec entrain. 

Bu$hi n’a que faire des codes actuels, c’est lui qui s’impose ses propres limites. Malgré des paroles assez accessibles et courantes dans la scène actuelle, l’objectif n’est pas de se démarquer grâce aux textes, mais plutôt faire de sa musique une expérience à part entière. Le gros du travail sera surtout réalisé sur les sonorités, la direction artistique, et tout ce qui tourne autour de l’expérience auditive.

Articles similaires

Younès : le raconteur d’histoire 

Younès : le raconteur d’histoire 

Déboires médiatico-publics et rap musique, le cas Lujipeka

Déboires médiatico-publics et rap musique, le cas Lujipeka

Civilisation : épilogue d’un (vrai) faux flemmard

Civilisation : épilogue d’un (vrai) faux flemmard

OgLounis, le rap du fond de la Grotte 

OgLounis, le rap du fond de la Grotte 

No Comment

Laisser un commentaire