Ces titres aux sentiments ambivalents

Vous avez déjà ressenti ce sentiment spécial ? Cet espèce de vague à l’âme qui vous parcourt alors que tout le monde danse autour de vous ? C’est un peu comparable au sentiment qu’on peut avoir sur le retour des vacances. Très heureux de ce qu’il vient de se passer lors des dernières semaines mais également très triste de devoir rentrer.

Ce sentiment est inévitablement applicable à certains titres. Bien souvent, ce sont des sons assez dansants, festifs et dont la promo a été réalisée en ce sens. L’avis général est de les classer dans les “hits d’été”, les “zumbas” ou autre catégories dénuées de sens. Mais derrière ces classifications, il y a cette petite amertume, qui rend le son spécial, qui l’enjolive en quelque sorte. Ce sentiment est peut-être très personnel et c’est tout l’intérêt de poser cela sur table. Suis-je le seul à avoir ce sentiment à l’écoute de ces titres ? Qui vivra verra et pour reprendre les termes de Paul McCartney : “Hey JUL, take a sad song and make it better”, car en effet, qu’est ce qui est mieux qu’un son triste ? Un son triste qui vous ramène à de joyeux souvenirs. C’est bizarre, certes, mais vous allez comprendre.

JUL – Folie

En effet, il semble que JUL soit un des meilleurs dans le domaine. C’est difficile à expliquer car il est difficile de mettre un mot exact sur ce sentiment mais, à l’écoute de Folie on sent un arrière-goût, un truc qui ne va pas. C’est assez fréquent chez le J, mais ce titre est le meilleur exemple tant il a été exposé comme “son d’été” et malgré tout, il a quand même un aspect assez “sombre”. Si l’on se penche sur les lyrics, il évoque tout de même certaines inquiétudes :

J’fais gaffe avec qui j’traîne jusqu’au bout de la nuit
J’veux pas voir débouler les ennuis et la police

Jul – Folie

Même si dans l’ensemble, reprendre Nuit de folie ne peut qu’être festif de prime abord, JUL apporte à la fois toute sa sincérité et toute la véracité que l’on peut trouver dans sa musique.

Ainsi, si à première vue, c’est un titre dansant et festif, à l’image de l’original, JUL réussit à y incorporer quelque chose de cru, de vécu. On est loin des titres dont le but est simplement de se vider la tête, de penser à autre chose. JUL évoque ses problèmes dans un son qu’il sort pour l’été et c’est là toute la réussite de l’artiste. A l’image de l’humain, le titre Folie est torturé entre plusieurs états d’âme. 

Gavus ft JuloCapuché dans la Ville

Avec Gavus, c’est différent, on ne sait pas à quoi s’attendre. Et si l’EP Mec de dehors, qui cache Capuché dans la ville, est un bijou, ce titre en particulier est magnifique. Comme chez JUL, on y retrouve une extrême sincérité sur un son dont l’ambiance est assez festive. 

Les quelques notes de guitare en intro annoncent la couleur mais lorsque l’instru part, le premier réflexe est de sourire et de bouger la tête à s’en casser la nuque, le refrain arrive vite et nous le confirme, c’est un son de soirée.

Malgré tout, on comprend de suite que si Gavus et Julo mélangent le “jack dans le coca cherry”, c’est plus pour oublier certains aspects de leur quotidien que pour simplement faire la fête. Après plusieurs écoutes, on devient de plus en plus amer à l’écoute de Capuché dans la ville et même si le titre continue de nous faire bouger la tête, le sourire a disparu et le son nous renvoie, nous aussi, à des moments difficiles, que seul un flash noirâtre peut faire oublier le temps d’une soirée.

En ce moment, je m’aime pas trop mais j’suis aimé donc j’y pense pas
Un repère, j’me laisse porter, j’ai la te-tê qu’est en cances-va
Au ski ou à Paris, ou même sous les parasols
Si j’gamberge j’suis malheureux, les frères ne m’laissez pas seul

Gavus ft JuloCapuché dans la Ville

Kid Cudi vs. CrookersDay ‘n’ Night

Dans un registre différent et bien que cette version du titre soit bien plus festive que l’initiale, elle en garde quelques stigmates et son écoute en est marquée. Coutumier des remixs de titres relativement tristes, en hits de soirée (cf Pursuit of Happiness), Kid Cudi insuffle donc instantanément à ces sons festifs, son mal-être permanent qui le caractérise et qui donne le ton à l’auditeur. En effet, ce titre, par ses sonorités électro est devenu très dansant, mais le sujet reste la solitude.

The lonely loner seems to free his mind at night
He’s all alone through the day and night

Kid Cudi vs. CrookersDay ‘n’ Night

Même les clips des deux titres semblent différent dans l’ambiance mais en réalité, dans les deux cas, la solitude et une vie morose amènent Kid Cudi à imaginer toutes sortes de choses qui rendrait son quotidien plus palpitant. Rendre un titre profondément triste en un hymne de la fête, cela fait potentiellement partie du message donné par ce titre. En effet, vous pouvez enrober la réalité autant que vous le souhaitez, avec différents artifices : un beat plus électro, des femmes qui se dénudent dans l’épicerie ou vous bossez etc. vous n’en serez pas moins seul qu’auparavant.


De nombreux titres procurent ces sentiments si spéciaux et malgré tout assez difficiles à expliquer parfois. C’est quelque chose de très humain et qui remet aussi la musique à sa place de création artistique et complexe, réalisée par des personnes dont les sentiments peuvent être parfois ambivalents et se croiser au détour de la confection d’un couplet, d’un titre ou d’un projet. En tant qu’auditeur ces titres ont une saveur spéciale, ils s’écoutent à des moments spéciaux, marquent parfois une époque, une période, une date, mais sont toujours autant appréciés malgré le temps qui passe. En effet, ils peuvent avoir un impact car peuvent ramener autant à des souvenirs heureux que tristes, voire les deux, exactement comme cette fin d’été évoquée au début, qui crée ces sentiments contradictoires si spéciaux.

J'ai sappé ma plume en Versace

Laisser un commentaire

Back To Top