Le rap matrixé : l’influence de la trilogie Matrix (1999-2021) dans le rap francophone

Le rap matrixé : l’influence de la trilogie Matrix (1999-2021) dans le rap francophone

Il s’avère plus que jamais que la trilogie est une source d’inspiration, tant sur les plans métaphysique, philosophique et esthétique, et ce, à plusieurs niveaux, dans la culture actuelle. La trilogie est une référence omniprésente dans les raps US, anglais, allemand, marocain, italien et francophone. Elle est utilisée dans divers contextes pour exprimer une multitude d’idées. Pour marquer l’évènement de la sortie du quatrième opus (21 décembre 2021) après plus de 20 ans, on va revenir sur cette saga à travers son influence dans le rap francophone.

La trilogie a été réalisée entre 1999 et 2003 par les sœurs Wachowski. L’œuvre retrace l’histoire de Thomas Anderson (dans la Matrice) devenu Neo (dans la vréalité), qui serait l’élu “the chosen one“ selon Morpheus, capitaine du vaisseau Nebuchadnezzar, lui-même en lutte contre la Matrice – un monde construit de toutes pièces par des machines dans lequel l’humanité est réduite à l’état d’illusions multiples. L’ambiance musicale générale de la trilogie n’est pas orientée rap, mais plutôt techno, métal, métal industriel et big beat. 

Il s’agit de la première œuvre cinématographique qui expérimente le bullet time ; Matrix devient rapidement une référence cinématographique, mais aussi politique, philosophique, esthétique et musicale des années 2000. Aujourd’hui digérée, cette référence fait partie intégrante de la pop culture de notre génération, et peut-être un peu trop exploitée frôlant ainsi l’obsolescence.

Matrix est le symbole de toute une génération aux multiples enjeux, génération qui cherche notamment à tout prix à remettre en cause les systèmes : le système marchand, libéral, celui du travail qui serait source aussi d’oppression et d’aliénation. En effet, la lutte de Neo et de toute l’équipe du Nebuchadnezzar est de court-circuiter le système de la Matrice, mis en place par les machines après la guerre avec les humains. Ces derniers, asservis sont aliénés par, et dans la Matrice, rendant tout concept de réalité flou. L’humanité se retrouve alors dans une simulation de la réalité, et Matrix offre une métaphore de l’aliénation par les systèmes et les institutions. Les humains sont en effet plongés dans une bulle remplie de liquide, branchés de toutes parts. L’activité de leurs corps sert d’énergie pour alimenter le monde dirigé par les Machines. 

La plupart des morceaux évoquant le film ciblent les institutions comme l’école, le système industriel, capitaliste, et de consommation afin de dénoncer leurs pouvoirs aliénants. Matrix est un symbole qui permet de mettre l’accent sur les travers sociaux et témoigne d’une esthétique politique et psychologique. 

La question des paradoxes : Matrice ou réalité ? 

La Matrice comme lieu d’illusions dans la trilogie ou comme illustration des paradoxes dans le rap rend compte du détournement de la vérité et de la réalité pour un univers plus séduisant, au détriment du sens pour l’absurde.

Gros c’est des faits que la Matrix s’agace
Pas logique comme un feat avec Patricia Kaas

Lacrim Sale époque

La Matrice comme système d’aliénation devient une image largement partagée qui permet d’exprimer un sentiment commun à tous les artistes qui l’utilisent, le sentiment celui de malaise, du paradoxe, voire de l’absurde. La comparaison à Matrix par exemple par Hamza dans Audemars shit donne à voir une image de la Matrice entièrement basée sur l’illusion, sur « le paraître ». Il utilise Matrix comme manière détournée et imagée pour souligner sa place dans un milieu basé sur l’argent et sur les relations intéressées. La Matrice est un microsystème qui entretient celui des machines, mais aussi un lieu de production d’illusions séductrices qui détournent du réel et de l’essentiel. 

Dessin original de @aryad.art

La Matrice est aussi synonyme de convenance, de bienséance arbitraire et d’hypocrite constituée d’artifices ; elle est un univers biaisé, construit de toutes pièces, grâce à un ensemble de programmes qui cachent la réalité.

Les sœurs Wachowski assument ouvertement s’inspirer de Baudrillard, en plaçant dans le premier opus, son ouvrage Simulacres et simulations. Baudrillard, philosophe postmoderne et penseur du virtuel théorise le phénomène de substitution de la réalité par l’imaginaire ; la réalité serait façonnée par un ensemble de fantasmes. 

Dessin original de @aryad.art

Cependant, le paradoxe, le flou entre le réel et la Matrice empêche comme le souligne Josman dans Matrix, toute forme d’émancipation, de libération. L’inconfort, la détresse de la prise de conscience de la réalité du monde matrixé et la désillusion placent le rappeur dans une position similaire à celle de Neo dans le premier opus. Le doute est présent en raison de l’esprit du héros encore aliéné ; il se retrouve face à une détresse psychologique, morale et éthique dans un monde monté de toutes pièces. L’illogique, l’absurde, le détour de ce qui semble être le sens commun de la Matrice confortent les acquis du capitalisme, de la consommation et semblent imprégner la réalité de chacun. 

La Matrice simule le sens commun et détourne l’humain (le rappeur) de la réalité, réalité qui s’avère plus sombre et plus puissante. La question du doute entre la conscience, le rêve, l’ambiguïté entre le réel et le virtuel, entre une réalité bêta (celle de la Matrice qui replace l’humain au centre de toute chose) et une réalité alpha (qui est la Réalité déterminée par les machines et leurs programmes) dans Matrix permettent d’illustrer un ensemble de réflexions notamment amenées par le rap et ses artistes. 

Dessin original de @aryad.art

Matrix : sortir de l’aliénation 

C’est la red pill ou la blue pill,
Vas-y follow le rabbit babe enterre ta vie de jeune fille 

rad cartier & Nyokô Bokbaë – VT ZOOK II feat. Lala &ce

Ainsi Boy-Fall fait référence au dilemme auquel est confronté Neo entre la pilule rouge et la pilule bleue proposées par Morpheus dans le premier opus de la trilogie. Il conseille cependant de suivre le fameux “lapin blanc“ qui fait référence au conte de Lewis Caroll, Alice au pays des merveilles. Ce fameux lapin blanc amène vers un monde parallèle dépossédé de toute pression du monde monotone des adultes. Finalement, Morpheus et le lapin blanc proposent un monde alternatif, et deviennent un pont vers la libération de l’aliénation.

Tantôt une référence directe à la trilogie tantôt une métaphore pour signifier la dépression, l’aliénation à la société, à la drogue, à l’amour, aux vices, la matrice catalyse un ensemble de symboles renvoyant à la réalité de notre monde. L’engagement à bord du vaisseau du Nebuchadnezzar amorce une révolution contre un monde – celui de la matrice – basé sur l’apparence et sur toute forme de consommation qui entretiennent cette aliénation à laquelle font face les humains.

On est tous prisonniers, hypnotisés, ça fait flipper
Pour exister, es-tu prêt à défier la matrice ?

Davodka, Matrice

Deux lectures sont alors possibles, celle de la critique d’une société matérialiste rappée par Davodka, ou celle d’une critique des machines, de la technologie, de la robotisation de la société aliénante. L’objectif commun face à ces paradigmes différents de la matrice est l’échappatoire pour parvenir à une société plus réelle, plus consciente.

Mais cette première société est fondée de toute pièce par tout un système dirigé par L’Architecte. Le choix de la pilule bleue ou de la pilule rouge sous-entend cette possibilité de sortir d’un ordre instauré par l’Architecte et de la réalité biaisée de la Matrice pour une vérité sombre, mais non artificielle. 

Matrix est une des œuvres favorites des… conspirationnistes (voir article sur Le Monde). En effet, les réalisatrices ont imaginé un univers basé sur le complot. Instigué par L’Architecte, l’univers de Matrix serait bourré de preuves attestant de l’existence des Illuminatis, d’une conspiration franc-maçonne. Pour les complotistes, l’univers de Matrix serait calqué sur notre Monde dominé par une élite mondiale, nous manipulant. Il est ainsi courant de retrouver des références conspirationnistes se revendiquant et se référant à Matrix. La lecture conspirationniste de Matrix est aussi très présente dans le rap français et notamment chez les membres du 667.

Destruction totale de l’ennemi, élimination d’toutes les cibles
Def tate, j’me sens comme Néo dans Matrix
Complotant dans ma base sous l’Antarctique 

Sam Fisher, Freeze Corleone

L’Architecte dans Matrix serait le bâtisseur de ce monde artificiel et à la tête de ce système, opprimant l’humanité. Il n’est pas présenté comme Dieu, mais plutôt comme une dérive démiurgique. Et justement le paradigme spirituel monothéiste du 667 (667 au-dessus du 666) amènerait à être clairvoyant sur le « shadowing world » (Baudrillard). L’artiste se situe alors au centre d’une mission qui concerne aussi Neo dans Matrix, celle de révéler La Vérité, d’éclaircir les esprits afin de faire tomber cet ordre mondial qui les domine. 

Cette utilisation à paradigmes divers de cet univers riche de la trilogie Matrix appréhendent le concept de matrice à différents niveaux et illustrent cependant un ensemble d’enjeux et de préoccupations souvent amenés par le rap et ses artistes. La trilogie a interrogé et interroge encore le rap et l’inspire tant par sa direction artistique, ses interrogations politiques et philosophiques et son esthétique néo-futuriste.

Articles similaires

Deux articles d’Osmose Volume 2 (téléchargement libre)

Deux articles d’Osmose Volume 2 (téléchargement libre)

L’Horrorcore, la réalité d’une fiction

L’Horrorcore, la réalité d’une fiction

Retour sur l’affaire de la K7 raciste d’Eminem

Retour sur l’affaire de la K7 raciste d’Eminem

Peut-on parler d’intersectionnalité dans le rap ? 

Peut-on parler d’intersectionnalité dans le rap ? 

No Comment

Laisser un commentaire