Cul7ure

Rechercher

Doit-on séparer l'Homme de l'Artiste ?

Photo de l'article : Doit-on séparer l'Homme de l'Artiste ?

Écrit le 20 novembre 2019 par Amélien dans Dossiers

Avec du recul, j’ai remarqué qu’on retrouve souvent des sujets récurrents dans la musique. Chercher à savoir si le rap était mieux avant, vouloir interroger la légitimité du sample, etc… Cependant j’ai choisi ici de creuser une autre problématique qui revient aussi fréquemment à chaque déboire de célébrités : Faut-il séparer l’Homme de l’artiste? 

La censure Spotifienne

L’an dernier, la question était notamment revenue sur le tapis lorsque Spotify avait décidé de retirer de son catalogue certains artistes pour leurs “comportements problématiques”. Dans ses “retraits”, on pouvait retrouver des artistes comme XXXTENTACION ou encore R.Kelly, qui, à ce moment là faisaient le tour des journaux pour de sombres affaires. Cette décision peut sembler anodine mais elle a une importance majeure à l’heure où Spotify représente la plus grande plateforme de streaming mondiale. La firme suédoise avait déclaré qu’elle arrêterait la promotion de certains artistes (notamment via les playlists de relais) et qu’elle pourrait même supprimer des oeuvres de son catalogue si des comportements ou des paroles possédaient un caractère haineux ou nocifs. 

La force de ce genre de plateforme réside justement dans ce statut d’intermédiaire entre les artistes et le public. Du coup, c’est un choix totalement légitime voire compréhensible. C’est assez délicat pour l’image de marque de mettre en avant des artistes qui passent aux infos pour des affaires de violences conjugales ou d’abus sexuels. Les partager et les relayer sous-entendrait qu’ils entrent dans leurs valeurs. Cependant de l’autre côté, on peut aussi se dire qu’il y a un côté un peu Stalinien dans la prise de décision “toi, tu peux être écouté, toi non”, qui est assez dérangeant pour l’auditeur. Le fait de privilégier ou de priver un artiste sur des critères autres que musicaux peut aussi faire froncer les sourcils. La question ne se limite pas qu’aux plateformes de streaming, on retrouve les mêmes problématiques au sein des radios voire des maisons de disques. 

Encore plus dans le rap.

Dans le cadre musical, la séparation entre la musique d’un artiste et la personne derrière le stylo est souvent nécessaire ; surtout dans le rap. Il faut vraiment être un collégien très influençable pour penser que les rappeurs rappent uniquement leur quotidien et la “vérité”. Il peut être tentant de croire Morsay lorsqu’il clame “J’ai 40 meufs, toujours la dalle et je nique la police municipale” mais certains jours, il faut parfois prendre du recul sur la véracité du propos. 

Musicalement, le fait de flamber et de “s’inventer une vie” existe depuis les balbutiements du rap. C’est notamment ce que Dosseh qualifiait de “Complexe du pauvre” dans le morceau La Rue c’est Rasoir. We live in a society dans laquelle tu existes essentiellement grâce à la possession. Du coup, rapper que la voiture avec laquelle tu roules tu ne l’as pas louée ou encore rappeler que tu as tellement de diamants sur ta montre que tu ne vois plus l’heure qu’il est, c’est monnaie courante. D’ailleurs, beaucoup de rappeurs sont passés par la case procès car on leur refusait le fait que le rap puisse être du second degré. 

Certes, on peut développer une certaine fascination pour le faste de la vie des rappeurs mais toutes les paroles méritent un recul et une distanciation avec les propos de l’artiste. Que ce soit dans le positif ou dans le négatif, c’est quelque chose que tout auditeur apprend peu à peu à faire lors de son parcours musical. 

Le cas de R. Kelly est bien représentatif de la question. Sa musique est/était incroyable mais humainement, c’est un être abject ou comme on dit trivialement “c’est une grosse merde”. 
Cependant doit-on vraiment supprimer des plateformes l’ensemble de sa discographie et toutes ses productions? Il a littéralement révolutionné le monde du R&B et il a inspiré énormément d’artistes comme Usher, BJ the Chicago Kid, Trey Songz ou encore Ty Dolla $ign, pour ne citer qu’eux. De plus, si on supposait qu’il fallait supprimer toutes ses productions, dans ce cas, il faudrait aussi retirer Age Ain’t Nothing but a Number d’Aaliyah, le morceau You are not Alone de MJ ou encore Contagious des Isley Brothers. Certains répondront “Oui” et, encore une fois, c’est compréhensible mais c’est un point de vue. 

D’ailleurs, il y a un exemple qui est apparu après que j’entame l’écriture de cet article : le dernier film du réalisateur Roman Polanski. 

On va absolument pas tenter de le défendre, il a été jugé, il est allé en prison après avoir reconnu les faits et encore aujourd’hui, il a beaucoup d’affaires sur le dos. Sans oublier que les personnes qui tentent laborieusement de le défendre sonnent encore plus coupables que lui. Du coup, légalement il devrait être en prison et vu certaines de ses déclarations, c’est surprenant qu’il n’y soit pas encore. 

Cependant, quand on isole ses films, que ce soit Oliver Twist, Le Pianiste ou encore Chinatown, ce sont objectivement des très bons films. L’impact d’un film aussi classique que Rosemary’s Baby sur le cinéma (d’horreur) est colossal. L’oeuvre a même inspiré beaucoup de réalisateurs par la suite et le nombre de références au fameux berceau dans la culture populaire est inchiffrable. Ainsi, vouloir “l’effacer du Cinéma” parce que le réalisateur est une grosse merde revient à perdre une richesse artistique. Le problème apparaît d’autant plus quand ces mêmes artistes utilisent leur statut d’artistes pour éviter la justice. 

Ce n’est pas parce qu’un artiste a fait de bons films (ou de bons albums) qu’il doit éviter la prison. D’ailleurs, c’est comme en sémio où il existe deux écoles. D’une part, celle des Sémiologues qui pensent qu’il faut étudier l’objet et uniquement l’objet. Face à celle des Sémioticiens, convaincus qu’il faut prendre/étudier l’oeuvre dans sa globalité avec son contexte et tout ce qui l’entoure. Personnellement, j’ai vu la plupart des films cités au-dessus avant de savoir qui était le réalisateur et j’aurais peut-être eu un regard différent si j’avais su qui les avait réalisé. (bien que la qualité d’un film ne dépend pas uniquement du réalisateur).  

Au final, ça devrait être comme aller voir un film sans regarder la bande-annonce, le fait de ne pas savoir qui a réalisé le film pourrait permettre de comprendre pourquoi cette séparation est nécessaire. Même si choisir de ne pas vouloir voir un film car le réalisateur est une raclure est plutôt dommage mais encore une fois, ça se comprend.  

Et si on supprimait tout ce qui était moralement inacceptable ? 

La limite de ce qui est “acceptable” peut être très floue et varie notamment selon les normes socioculturelles de l’époque. Même s’il y a un certain consensus sur l’acceptabilité des choses, ça reste au final une question plutôt subjective. Le fait même de ce qui peut heurter ou “choquer” varie beaucoup d’une personne à l’autre. C’est essentiellement une question de sensibilité. 

Dans le rap US, par exemple, avec les gangsters, les Pimp et les hustlers, la culture de l’illégalité est très présente. Énormément de rappeurs ont un pied dans l’immoralité et les histoires de gangs. Certains ont même fait de la prison et certaines paroles peuvent choquer. Autant dans le cas de Polanski, c’était assez simple de trancher mais on ne peut pas supprimer tout ce qui est moralement inacceptable. Si c’était le cas, la moitié de la discographie d’Eminem disparaîtrait, il resterait deux morceaux du 667 et on aurait jamais pu écouter des textes d’Alkpote. 
Mais si on purgeait toutes les oeuvres pour qu’elles entrent dans le politiquement correct, les aficionados du “On ne peut plus rien dire” ne finiraient-ils pas par avoir raison ? 

Plus sérieusement, la dissociation Homme/artiste est nécessaire mais elle est avant tout personnelle et subjective. L’essentiel, c’est d’être en adéquation avec ses propres convictions et ses valeurs. Alors oui, c’est crispant de voir des Woody Allen, des Polanski ou des R.Kelly s’en sortir sans problème mais au final, c’est une question plus judiciaire qu’artistique car si la justice faisait mieux son travail, on aurait même pas besoin de se poser la question. Sans oublier que le paradoxe entre le mutisme des victimes ayant subi ce genre d’actes face à l’hyper-exposition consacrée à des gens comme Polanski reste omniprésent. 

Derniers articles

Image de l'article SCH, le déluge tempère l'incendie

Miroir de l’Homme qui pense, l’eau est l’élément qui accompagne SCH depuis sa première mixtape A7. Sous ses formes les plus dangereuses et vertueuses, elle représente différents aspects de conscience…

Publié le 7 août 2020 par dans

Image de l'article Le dédoublement de personnalité

Quelle Chris est un rappeur originaire de Détroit, chimiste de la scène underground toujours aux aguets d’une nouvelle expérimentation à apporter à sa musique. Il y a déjà de cela…

Publié le 12 juillet 2020 par dans