Cul7ure

Rechercher

Le Rap Canadien, nouvel Eldorado du Hip-Hop ?

Photo de l'article : Le Rap Canadien, nouvel Eldorado du Hip-Hop ?

Écrit le 1 novembre 2018 par Thibault dans Dossiers

Partons à 6837km du sol Français et posons nos valises au Canada. Terre d’artistes talentueux dont pour certains la renommée n’est plus à faire. Le Canada développe une scène Hip-Hop variée et très riche. Riche en flow et en créativité, la musique urbaine prend de plus en plus d’ampleur au Canada.

Etant un pays bilingue, le Canada part avec un avantage, celui d’avoir une cible beaucoup plus importante et de s’étendre plus facilement à travers le globe.

Si nous regardons sur une carte à l’est du Canada il y a les deux plus grandes provinces du pays avec l’Ontario (anglophone) et le Québec (francophone). Ces deux provinces sont un vivier pour le rap. Il y a ceux qui rappent en français et ceux qui rappent en anglais avec parfois un simple pont qui séparent les deux langues.

Même si le rap canadien anglophone s’impose et se disperse plus facilement sur la planète, il y a depuis quelques temps une hype qui tourne autour des rappeurs canadiens francophone notamment avec l’explosion du rappeur Loud. Québécois d’origine, son accent amène une touche d’originalité et de jamais vu sur la scène rap francophone.

On parle beaucoup de la vague Belge qui inonde le rap game francophone mais les rappeurs canadiens n’ont pas à rougir.

Le rap français québécois s’est développé récemment via diverses connections avec des personnes représentant la culture urbaine Française. Je pense notamment à Fianso avec son premier Rentre dans le Cercle dédié au rappeur canadien et tourné directement à Québec City. Mais il y a aussi Yvick allias Mister V qui a récemment sorti Saint Laurent en feat avec Rowjay, rappeur québécois.

Depuis quelques temps des connections commencent à se créer mettant enfin en lumière les rappeurs canadiens francophones.

Connaissant des difficultés à se populariser durant de nombreuses années le mouvement hip-hop a eu du mal à se développer au Canada. En effet le rap québécois débute tard, dans les années 90 avec le « mouvement rap francophone ». Ce n’est que depuis peu et porté par un enthousiasme médiatique que le rap prend une vraie place dans la culture musicale au Québec.

Dans les années 2000 des labels se forment avec 7ièmeciel et Joy Ride records, des sons rap commencent à passer en radio. Ce sont ces changements qui permettent au hip-hop de prendre une nouvelle allure et d’évoluer.  Quant au rap d’Ontario, anglophone, il a quelques années d’avance mais beaucoup commencent à se faire connaître depuis peu sur les autres continents.

Tour d’abord il faut savoir que le rap canadien possède des points d’ancrages très fort avec Montréal et Québec pour la scène francophone et Toronto pour la scène anglophone. Pour mieux apprendre à les connaitre Cul7ture vous emmène voyager entre Québec, Montréal et Toronto afin d’y découvrir les rappeurs qui viennent de ces villes.

On débute cette exploration à Montréal avec le rappeur Enima, qui nous vient directement de là-bas. C’est un rappeur qui me tient particulièrement à cœur car je l’ai vu faire la première partie de Niska à Ottawa. Ce rappeur a su prouver que sans aucun soutien médiatique il était possible d’accumuler des millions de vues sur Youtube. Un rap chanté avec une bonne touche d’ego trip, un vocodeur bien géré lui permettant de surfer sur la prod et de te transporter en te faisant fredonner les refrains. Le rappeur montréalais a trouvé sa recette et il se place actuellement comme l’un des acteurs principal de la scène rap montréalaise. Enima vient par ailleurs de signer son retour avec un nouveau son Détour.

Il m’était impossible de ne pas vous parler de Loud, le rappeur québécois qui a le plus touché la France avec le son 56K. C’est sûrement le rappeur canadien francophone ayant le mieux réussi à traverser les frontières. Utilisant un franglais à bon escient, Loud produit un rap accessible à tous avec des beats dansants. Sa musique et sa productivité lui ont donné un buzz considérable lui permettant de faire une belle tournée en France.

Enfin je termine ma tournée des rappeurs canadiens francophones avec Koriass. Ce rappeur originaire de Montréal a commencé à se faire un nom sur internet et  a développer son style en participant à des « rap battles ». Considéré comme l’un des chefs de file du rap québécois, Koriass sera le premier rappeur à obtenir une nomination dans la prestigieuse catégorie de l’Interprète masculin de l’année au Gala de l’ADISQ. Ce concours récompense le talent et l’excellence des artistes, producteurs et professionnels de l’industrie du disque au Canada.

Avec un style qui lui est propre Koriass est un rappeur mélancolique qui fait très attention à l’esthétique de ses clips. Très investi, différent et amoureux du rap, Koriass est véritablement celui qui a ouvert la voie au renouveau du hip-hop au Québec.

Après avoir eu un petit aperçu du rap canadien francophone changeons de province et passons en Ontario chez les rappeurs anglophones.

Et là comment ne pas vous parler de Toronto, la ville du 6 God, Drake, un monument du rap. Vous arrivez sur Toronto en voyant la CN Tower, la première chose qui vous vient à l’esprit est la cover de views, un classique parlant de son attachement pour sa ville. Drake fait partie d’une génération de rappeurs, aux côtés de Wiz Khalifa, Kid Cudi et d’autres, qui ont émergé à travers des mixtapes. Ces premiers projets lui ont valu de rejoindre Lil Wayne et son label lui permettant ainsi de sortir ses premiers albums. Drake s’impose aujourd’hui comme patron du rap à Toronto mais pas seulement. Avec son label OVO Sound, il a mis de jeunes rappeurs talentueux sur le devant de la scène tels que : PARTYNEXTDOOR, Majid Jordan et plus récemment Roy Wood$. Drake c’est à ce jour 10 albums avec des millions de ventes et une reconnaissance à travers le monde. Actuellement numéro 1 du Hip Hop international, nul ne peut échapper à sa musique. Très bon dans ses collaborations il a su faire les bons choix l’amenant à la première place du mythique Billboard durant 49 semaines. Très bon rappeur, il innove et surprend à chaque fois avec un nouveau flow, de nouvelles gimmicks. Drake a toujours plus d’un tour dans son sac et arrive continuellement à produire le tube de demain.

Le deuxième rappeur dont je veux vous parler est NAV, moins présent à l’international il fait tout de même beaucoup de bruit sur le sol canadien et dans les pays anglophones. Rappeur et producteur, il a collaboré avec Drake ainsi que Travis Scott et The Weekend. Son partenaire de son reste Metro Boomin avec qui il a produit son deuxième album Perfect Timing.  Nav c’est une voix entraînante et singulière qui te plonge dans un mood. Lorsque la prod commence et que Nav pause, la magie opère. Transporté, tu t’imagines la nuit dans un gros gamos entrain de rouler en traversant la ville de tes rêves. Nous savons peu de chose sur lui mais il risque de faire encore beaucoup de bruit.

Nous terminerons notre périple des rappeurscanadien à Toronto avec Jazz Cartier. Elevé par un père diplomate, le rappeur n’avaitrien pour faire carrière dans le hip-hop mais ses nombreux voyages dus au métier de son père lui ont permis de se forger etdévelopper sa passion pour le rap. Amoureux de sa ville natale, Toronto, il finit par retourner là-bas et sortira alors trois mixtapes : Losing ElizabethMarauding in Paradise et HotelParanoia. Pour Jazz Cartier le rap est un moyen d’extérioriser, de développer des traits de personnalité. À travers ses mixtapes le rappeur montre différents visages et pousse ses univers avec de l’egotrip toujours en restant conscient de ses propos. Un peu paradoxale dans sa façon de fonctionner, il mélange trap et lyrics réfléchis. Jazz ce sont des influences multiples qui l’amènent à produire une musique unique et variée. Nominé deux fois pour le prix Polaris Music Prize, accordé chaque année au meilleur album canadien avec à la clé la somme de 20 000 dollars, le rappeur s’impose comme un poids lourd du rap. Jazz Cartier commence alors à se faire un nom et vient de sortir un gros album en juillet dernier Fleurever.

Pour conclure le Canada avec son mouvement rap, s’impose aujourd’hui commel’un des plus gros incubateurs de la scène Hip-Hop actuelle.  La scène rap canadienne regorge d’espoirs qui tirent la musique hip-hop vers le haut. Aujourd’hui de nombreux talents émergents et le meilleur resteà venir.

Derniers articles

Image de l'article FOCUS GROOVER #2

La nouvelle année commence pour Cul7ure, c’est plus motivé que jamais que nous voulons continuer à partager et mettre en avant les talents de demain. Car oui, il n’y a…

Publié le 22 janvier 2020 par dans

Image de l'article Le rap, conséquence de l’antiracisme.

Le mouvement hip-hop naît aux Etats-Unis à un moment où le fait d’être noir est une réelle particularité identitaire. Moins d’une dizaine d’années après sa création, le mouvement Black Panther…

Publié le 11 décembre 2019 par dans