Cul7ure

Rechercher

Kery James, la définition du rap engagé

Photo de l'article : Kery James, la définition du rap engagé

Écrit le 15 mars 2019 par Tristan dans Portraits

Repéré par MC Solaar au début des années 90, il fonde rapidement son propre groupe Ideal Junior, renommé assez rapidement en Ideal J. Ses parties instrumentales sont produites par le regretté DJ Mehdi. Il se place assez rapidement comme politiquement engagé, et ses textes sont relativement radicaux. Il se font repérer assez rapidement jusqu’au delà de la sphère purement rapologique. Le premier morceau pour lequel il se fait repérer est Hardcore sorti sur l’album Le Combat Continue en 1998. Ce morceau se fait repérer pour les propos profondément engagés, polémiques et pour son clip fait pour choquer (attention aux âmes sensibles)

Personnellement, je retiens en plus de Hardcore les morceaux Pour une Poignée de Dollars pour la violence du propos et le parti pris de mettre l’auditeur à la place d’un braqueur, et Nuage de fumée, morceau dénonçant les problèmes de l’alcoolisme et de la drogue mais qui a le bon goût de ne pas tomber dans la caricature.

Et c’est bien ça qui a toujours fait la force de Kery James : des textes forts et très dénonciateurs mais qui ne tombaient jamais dans la caricature développée par Orelsan :

Ils font pas du rap conscient, ils racontent le JT

Orelsan – 2010

En effet, les idées de Kery James, aussi radicales soient elles, donnaient toujours lieu à des textes nuancés ou qui avaient au moins le bon goût de ne pas ressembler à des leçon de géopolitique données par un étudiant en L1 d’histoire.

Ces idées sont finalement assez classiques et représentatives du rap des années 90-2000 : Kery James évoque en effet le racisme, les parcours de vie difficiles des jeunes de son quartiers poussés par le système à échouer, critique des politiques de la ville parquant les communautés immigrées entre elles… Derrière ces thèmes finalement assez courants, Kery James a ajouté deux éléments principaux : une autocritique, le rappeur d’Orly encourageant les jeunes à ne pas céder à la facilité dans des morceaux tels que L’Impasse, et surtout il va souvent bien plus loin dans l’analyse des conflits sociaux que la plupart des rappeurs.

Il serait trop long de détailler album par album le parcours de Kery James, mais il n’a eu de cesse de propager son message, morceau après morceau, album après album. Musicalement, Kery James n’a jamais vraiment innové, mais ce n’était pas l’objectif. Il se servait du rap comme d’un moyen de faire passer un message pour tout le monde, le rap étant plus accessible pour les masses que les divers essais avec des idées similaires

J’ai découvert Kery James avec l’album Dernier MC, sorti en 2013. L’album contient énormément de morceaux marquants et il profite de versions instrumentales un peu actualisées. Je noterai notamment Vent d’État, un morceau critique de la puissance des médias, et Post Scriptum (qui n’est pas écrit par lui mais qui reste interprété incroyablement).

J’avais également bien aimé Mouhammad Alix (sorti en 2016), qui tentait de renouveler l’aspect musical de ses morceaux et qui restait extrêmement bien écrit. En effet certains morceaux comme Mouhammad Alix, N’Importe Quoi ou Douleur Ébène sont presque trap dans leurs sonorités, et si les deux premiers sont plus tournés vers l’égotrip, le dernier est un très bon morceau sur le racisme. Il y a également évidemment le morceau Racailles, Musique Nègre avec Youssoupha et Lino

L’album J’Rap Encore est une grosse déception pour moi : à mon sens, il est très imparfait et ressemble plus à une caricature du personnage de Kery James qu’a un véritable album peaufiné. Je trouve l’écriture assez peu nuancée, trop caricaturale et je trouve les instrumentales assez moyennes dans l’ensemble. En clair, j’adore Kery James mais je n’aime pas cet album (sauf le morceau Gang avec Oumar et Sams) un véritable album peaufiné.

Un autre aspect majeur de Kery James est son apport au delà du rap : on ne compte plus ses concerts caritatifs pour diverses causes, notamment pour soutenir Adama Traoré. On l’a également vu à côté de Ribéry par exemple pour sa bourse aux études nommée l’ACES. Il n’hésite pas à prendre position et ne fait pas que se positionner idéologiquement dans ses textes, il fait également preuve d’action concrète.

Pour résumer, Kery James est un rappeur qui par ses idées et ses actes dépasse le simple cadre du rap. Il a influencé toute une génération et si sa musique vieillit de plus en plus, l’icône, elle, est de plus en plus forte.

Derniers articles

Image de l'article FOCUS GROOVER #2

La nouvelle année commence pour Cul7ure, c’est plus motivé que jamais que nous voulons continuer à partager et mettre en avant les talents de demain. Car oui, il n’y a…

Publié le 22 janvier 2020 par dans

Image de l'article Le rap, conséquence de l’antiracisme.

Le mouvement hip-hop naît aux Etats-Unis à un moment où le fait d’être noir est une réelle particularité identitaire. Moins d’une dizaine d’années après sa création, le mouvement Black Panther…

Publié le 11 décembre 2019 par dans