Cul7ure

Rechercher

Zoom sur Bekar

Photo de l'article : Zoom sur Bekar

Écrit le 8 juillet 2020 par Florian7C dans Parenthèses

Rappeur originaire de Lille, Bekar creuse peu à peu son trou dans le paysage du Rap Francophone. Passé par la chaîne YouTube de Raska pour le clip du morceau Téla, apparu sur le second volume de La Relève de Deezer et ayant réalisé un détour chez Grünt, il précise l’intérêt porté en lui avec une musique résolument moderne et passionnée. En plus de ça parlons bien entendu de la sortie de son douze titres ; Boréal, et évidemment de sa signature chez Panenka Music, il y a quelques mois (label comptant PLK, Georgio ou encore Tsew The Kid et mené par Fonky Flav’).
Faisons donc un zoom sur sa musique et voyons pourquoi il est important de se pencher sur lui et ce qu’il propose pour les années à venir.

Bekar c’est surtout un bousillé de Rap, on le comprend très rapidement à l’écoute de son projet Boréal. Il en parle d’ailleurs au détour d’une interview pour France 3 Hauts-de-France. Il y expose son amour pour un Rap à texte, mais aussi pour un Rap plus instinctif, d’ambiance et sans nécessairement verser dans le faussement conscient. Cet amour pour cette musique au sens large se ressent alors de façon très précise. Si le travail sur les écrits est présent, l’apport musical est à souligner tout autant. Un exemple typique de cette belle alchimie est le titre La mort a du goût. C’est globalement ce titre qui permet de prendre conscience des forces du Lillois. Une teinte mélancolique, un rapport étroit à son vécu et à ses aspirations, le tout enveloppé d’une prod à la fois très vaporeuse et dynamique par moments. Ce qui laisse carte blanche à l’artiste pour en venir à proposer un morceau à la fois très intimiste et universel.

Il y a parle de ses études qu’il a décidé de lâcher, de ses parents et ce qu’ils ont pu lui apporter en terme de valeur. Il raconte aussi d’une très jolie manière le lien qu’il entretient avec des problématiques plus sociales, économiques et forcément relationnelles. En somme, si les thématiques ne sont pas véritablement uniques, ce qui compte est la manière qu’il peut avoir de les interpréter.

Une année passée en bad, à pleurer l’hiver, en été moins
On peut rien y faire, on était loin du bonheur, hier en est témoin

Bekar – La mort a du goût

Dans cette forme de simplicité évoquée dans le morceau 800 (et transposable à sa musique) ; « Ma simplicité vaut tout l’or du monde », il en ressort une capacité à lier fond et forme de façon très satisfaisante pour l’auditeur. Quand il chante, il le fait bien et quand il rappe, il maîtrise tout autant son sujet. Et cela sur tous les aspects, que ce soit sur quelque chose d’introspectif donc, ou bien quelque chose de plus dansant comme le son Sapologie. Avec une palette aussi large, les possibilités sont immenses et cela justifie les espoirs placés en lui.

Avec Boréal, travaillé en collaboration avec Lucci’ (beatmaker de North Face Records), Bekar propose ce qui correspond parfaitement à ce qu’on attend d’une carte de visite. La cohérence du projet est solidement bâtie et il nous ouvre les portes de son vécu. Nostalgique souvent, touchant parfois mais surtout pertinent dans cette transposition du réel au musical. Et ; on l’a dit plus haut, on ressent une réelle passion de cette musique. Les références sont nombreuses, de Mauvais Œil à 50 Cent, il n’est pas de ceux qui ont découvert le Rap en 2015. En cela, il offre une jolie visibilité à des morceaux plus anciens, qu’un public plus jeune pourra assimiler, et les clins d’œils feront plaisir à ceux issus de l’époque de nos grands frères.

Il y a dix jours est sorti son dernier morceau, En Principe, et il est intéressant de voir que ça ouvre la porte à de belles possibilités pour l’avenir et pour son prochain projet. Dans la lignée de ce qu’il propose depuis quelques années, il fait preuve d’une aisance plus développée et on a la sensation d’écouter un artiste en pleine maîtrise de ses moyens. Entre flow, forme et fond, il mêle egotrip et phases plus piquantes. Entre constat des problématiques sociales évidentes et critique de la consommation des auditeurs de Rap, le morceau est très efficace et on se surprend assez rapidement à bouger la tête à l’écoute de ce titre.

On attend donc forcément la suite, actuellement sur une belle lancée on a que peu de doutes quant à l’évolution de sa musique et de sa carrière. Bekar a tout pour s’implanter fermement au cœur de ce game.

Crédits photo : @kaluureal

Derniers articles

Image de l'article SCH, le déluge tempère l'incendie

Miroir de l’Homme qui pense, l’eau est l’élément qui accompagne SCH depuis sa première mixtape A7. Sous ses formes les plus dangereuses et vertueuses, elle représente différents aspects de conscience…

Publié le 7 août 2020 par dans

Image de l'article Le dédoublement de personnalité

Quelle Chris est un rappeur originaire de Détroit, chimiste de la scène underground toujours aux aguets d’une nouvelle expérimentation à apporter à sa musique. Il y a déjà de cela…

Publié le 12 juillet 2020 par dans