Cul7ure

Rechercher

Népal - KKSHISENSE8

Photo de l'article : Népal - KKSHISENSE8

Écrit le 13 novembre 2018 par Tristan dans Chroniques d'album

KKSHISENSE8 est le dernier projet en date de Népal et le dernier EP du cycle qu’il a créé : c’est son troisième projet après l’injustement oublié 16par16 (2014), le remarqué 444Nuits (2016) dont il se sert pour établir la plupart de ses visuels et le génial 445e Nuit (2017). Népal a également posé sur quelques albums de l’Entourage et de la 75e Session, on mentionnera particulièrement son couplet sur Esquimaux avec Nekfeu sur Cyborg et son passage sur le track Domo avec Sopico. Je mentionnerai également ses deux autres alias : KLM ; le beatmaker, il compose la plupart de ses instrus et est également auteur de deux slow mix à écouter ici et ici. Son troisième pseudo ; Grandmaster Splinter, alias avec lequel il a réalisé trois medleys dont un avec Georgio. Pour finir, j’évoquerai son groupe 2fingz avec Doums ; on attend d’ailleurs grandement La Folie des Glandeurs 2. Rappeur complet et cryptique ; il faut du courage pour saisir chacune de ses références, Népal revient donc avec KKSHISENSE8.

Ce que l’on remarque en premier dans cet EP, ce sont les instrumentales : Bien évidemment, le projet est extrêmement bien produit ; KLM, Stratega et Diabi l’ont entièrement composé, mais surtout l’ambiance dénote particulièrement avec ce qu’il a déjà fait. Tout semble plus léger et plus épuré. L’amour de Népal pour la culture japonaise se retrouve maintenant dans les instrus, Omotesando en est le meilleur exemple. A cela s’ajoute également des références textuelles ; il ne vous aura pas échappé que KKSHISENSE8 fait référence à Kakashi Hatake, le sensei de Naruto.

Outre ces références incontournables, on pourra aussi souligner la seconde partie du titre de l’opus. Pour les non initiés, Sense8 est une série Netflix où des individus à différents endroits du globe se retrouvent connectés, liés sans se connaître.  D’ailleurs, ça donne même encore plus de cohérence à la pochette notamment avec l’idée du cercle et de ses auditeurs qui se sentent connectés à lui sans pour autant connaître la personne derrière l’artiste. La cover est ici très épurée, sa musique aussi. Pour imager cette variation de ton, il suffit de comparer les visuels des albums : les premiers avaient des couleurs très sombres, très lourdes et étaient très surchargées visuellement, là où KKSHISENSE8 a un cercle noir sur fond blanc comme pochette. Cette rupture se voit également dans le texte, dans une moindre mesure : il se livre plus, sans passer par des détours pour tromper son auditeur. On pourrait croire que Népal perd sa saveur en perdant son côté cryptique, mais rassurez vous, vous en baverez toujours autant à tout comprendre dans un texte de Népal.

Car si certaines ambiances tranchent avec les EPs précédents, certaines sont dans la parfaite continuité. Je pense au titre Babylone qui, en plus d’être le morceau le plus ancré dans l’esprit Népal, se paye le luxe d’avoir un clip dans la continuité de Skyclub et Rien d’Spécial. Les thématiques ne sont pas nouvelles, elles sont abordées différemment, parfois un poil plus clairement. C’est notamment le cas de la précarité et de la politique, mentionnées directement dans Evisu et dans Omotesando, là où il s’agissait de métaphores dans Niveau 1. Évidemment, comme mentionné plus haut, si ce projet semble plus compréhensible, ce n’est pas vraiment le cas ; on te souhaite bonne chance pour comprendre chaque rime. Ce n’est pas un mal tant la forme est soignée et tant il est évident que Népal s’amuse avec son auditeur, en s’adressant à lui directement ou indirectement et en prenant un malin plaisir à brouiller les pistes.

Mais il serait injuste de s’arrêter aux différences et ressemblances entre KKSHISENSE8, surtout que selon moi, il souffre de la comparaison avec 445e Nuit mais c’est un autre débat. Si tout est plus épuré, c’est pour se concentrer sur le fond et mettre en évidence les idées les plus marquantes : la banalité de l’existence, l’état du rap français, son décalage avec la société et ce qu’elle attend de lui. Il reste proche de son cercle d’amis ; on retrouve Doums et le Bohemian Club en featuring sur l’album, et en profite pour nous montrer qu’il est plus sincère que jamais. Son phrasé est exactement dans la continuité de ce que je viens d’évoquer : il semble nonchalant, simple et simpliste mais ce n’est que pour mieux retourner le cerveau de son auditeur sur la phase ou le couplet d’après. On sent une fois de plus que le rappeur est avant tout un passionné de rap, comme le démontrent ses placements et le fait qu’il n’ait pas cédé à une vague plus populaire de rap. Chaque phase est peaufinée, et les références sont nombreuses. J’ai déjà cité Naruto, mais sachez qu’on peut trouver des références à Dragon Ball, à Mario Kart et à SoulCalibur. Il doit normalement être possible de trouver une référence à Oxmo sachant qu’il y en a une dans chacun de ses projets, mais je ne l’ai pas encore trouvée. Ces nombreuses références ainsi que les ambiances très prononcées des morceaux et leur apparente simplicité fabriquent un EP assez imagé. Les métaphores utilisées vont également dans ce sens. En bref, sous une fumée d’apparente simplicité et de textes cryptiques, ce projet sait dévoiler et montrer de vraies idées tant dans la forme que dans le fond.

En bref, on se retrouve face à un EP de huit titres, qui tranche avec le travail précédent de Népal, mais plus généralement avec la production actuelle. Sobre, épuré pour laisser de la place à des messages de fond et à des idées intéressantes de forme, ce projet ne présage que du bon pour l’album annoncé par le rappeur parisien dans les fichiers téléchargeables avec le projet. On regrettera seulement la ressemblance entre certains titres et personnellement je rêve d’un feat avec M le Maudit. Foncez sur cet EP, c’est gratuit, vous ne le regretterez pas, et vous finirez
probablement par fouiller dans tout ce qu’il a créé auparavant et vous en ressortirez plus curieux que jamais.


Derniers articles

Image de l'article Triplego : La solution aqueuse

Le soleil est à son zénith, c’est un beau jour du mois d’Août. Vous êtes avec vos amis, dans un appartement frais, mais vous avez décidé de prendre une chaise…

Publié le 30 mars 2020 par dans